Article
Publié le 25 février 2022

Comment réussir sa détox de printemps

DETOX PRINTEMPS

Avant de parler détoxication parlons toxémie :

 

Détox printemps - ena mnc

La toxémie est la dégradation de notre terrain (notre milieu intérieur) par l’accumulation de toxines.

Le docteur Hans-Heinrich Reckeweg (médecin-homéopathe allemand du XXème siècle) a nommé cela l’encrassement des humeurs autrement dit l’encrassement des liquides de l’organisme. Les toxines, si elles sont mal drainées, mal éliminées, vont progressivement « encrasser » les tissus du corps avec des degrés de sévérité et de profondeur différents menant irrémédiablement à la pathologie.

Plus récemment, le docteur Jean Seignalet définit l’encrassage comme un processus selon lequel les entrées de certains déchets dépassent les capacités d’élimination des émonctoires de l’organisme. Ainsi, les déchets s’accumulent  progressivement dans l’organisme. Celui-ci va devoir les éliminer pour préserver son bon fonctionnement et ne pas perturber la force vitale qui l’anime.

Les causes de la toxémie sont triples 

– Il y a tout d’abord l’intoxication par les substances dites « exogènes » venant de l’extérieur que l’on nomme les toxiques. Par exemple : des molécules contenues dans la composition même d’un aliment comme la caféine du café ou le cholestérol des charcuteries. Quant à nos pensées négatives, ce sont aussi des toxiques !

– Il y a ensuite « l’intoxination » par les substances dites « endogènes » produites à l’intérieur du corps que l’on nomme les toxines.  Par exemple, les toxines issues de nos propres fermentations et putréfactions intestinales.

– Enfin, le fonctionnement de nos émonctoires peut également être source d’intoxication : si les organes d’élimination sont dépassés par la charge de travail, les déchets ne seront pas éliminés correctement et vont rester dans notre corps.

Comment reconnaître les signes d’intoxication

Le maitre mot de l’intoxication est la FATIGUE ! La fatigue va être votre premier signal d’alarme. Parmi les autres manifestations de l’encrassement, vous constaterez une peau terne, des cernes, des boutons, des migraines et céphalées, un esprit flou, des nausées, des difficultés de concentration, des douleurs musculaires, de la frilosité, des insomnies.

Les règles d’or de la détox :

 

Il n’existe pas une détox mais autant de détox que d’individus. Parce qu’une détoxication prend en compte la vitalité de la personne, son niveau de toxémie, le type de surcharges prépondérantes, l’état de fonctionnement de ses émonctoires et son tempérament, il est impératif de se faire accompagner par votre professionnel de santé préféré. Si ce n’est pas le cas, optez pour une détoxication légère. N’allez surtout pas vous lancer tout seul dans un jeûne de 3 semaines !

4 règles à respecter :

  • Prendre en compte sa vitalité et son degré de toxémie.
  • Choisir le bon moment, l’intersaison : au printemps, entre début février et début mai et à l’automne, entre début août et début novembre.
  • N’entreprendre une détox que si votre foie est en capacité de la supporter.
  • Opter pour une cure de 21 jours.* Référez-vous à votre professionnel de santé pour mener une détox adaptée à votre situation.

Nos conseils d’hygiène vitale pour 1 bonne détox :

 

1- Allégez votre système digestif

Faire une détox c’est avant tout s’occuper de sa digestion. Le repos digestif est le préalable essentiel quand on parle de détox. Lorsqu’un organe est beaucoup sollicité il a besoin de temps de récupération (et c’est peu dire pour le foie qui gère non seulement tout ce que nous mangeons, tout ce que nous buvons et aussi tout ce que nous pensons !). Il ne s’agit pas de lustrer sa belle voiture essence si on continue de l’encrasser en la remplissant de gasoil.

Mastiquez : prenez le temps de manger, au calme, en mâchant le plus possible vos aliments. Vous gagnerez sur tous les tableaux : meilleure assimilation des nutriments, moins de ballonnements, moins de gaz, moins d’aigreurs, moins d’accumulation de déchets et, cerise sur le gâteau, vous perdrez du poids !

→ Offrez à votre foie et à vos intestins une pause alimentaire hypotoxique en réduisant : les graisses saturées, les sucres rapides, les viandes grasses, le tabac, l’alcool, le thé, le café, le chocolat, les pâtisseries, les charcuteries, les fromages.

Préférez la viande blanche grillée à une belle entrecôte, une choucroute de poisson à une tartiflette, une eau infusée à de l’alcool, un tartare d’algues à un carpaccio de canard, de l’huile d’olive au beurre cuit, une cuisson à la vapeur plutôt qu’au micro-ondes, un miam aux fruits plutôt qu’une tarte à la praline. Et surtout, priorité aux légumes !

→ Testez  la monodiète : le principe est de manger 1 seul aliment non transformé sous n’importe quelle forme, de 1 repas à 3 jours maximum (sans huile, sans sel, sans poivre, sans sucre, sans miel, sans café). En choisissant une monodiète d’aliments cuits vous accompagnerez le foie dans ses fonctions digestives tout en désencrassant votre organisme des toxines accumulées. Exemple, monodiète de pommes cuites bio, ou monodiète de soupe de légumes (sans pomme de terre).

→ Optez pour le jeûne intermittent  : le jeûne intermittent consiste à laisser s’écouler une pause de 16 heures entre 2 prises alimentaires :
Soit vous sautez le petit-déjeuner : par exemple vous dînez à 19h00 et ne mangez plus avant 12h00 le lendemain.
Soit vous sautez le dîner : par exemple vous ne mangez plus après le repas de midi jusqu’au petit déjeuner.
Soit vous jeûner 24 heures, 1 jour par semaine, par exemple de 19h à 19h le lendemain.
Le jeûne intermittent ne sert pas à compenser les excès alimentaires de la veille. Il s’agit d’un processus doux de « désencrassage ». Il a en outre la particularité d’agir favorablement sur les risques cardio-vasculaires, le diabète, la glycémie, l’inflammation, le stress oxydatif et donc le vieillissement cellulaire et bien d’autres choses encore.

2- Bougez et respirez 

Détox printemps - ena mnc

L’exercice physique active la circulation sanguine et de ce fait augmente l’irrigation du foie. Votre émonctoire n’en fonctionnera que mieux.
Respirer au grand air apporte l’oxygène nécessaire à la vie de nos cellules tout en rejetant le gaz carbonique qui les empoisonne. Les poumons ont la capacité également d’éliminer certains types d’acides. Alors profitez des beaux jours pour partir marcher dans la nature en respirant à pleins poumons !

3- Et le mental dans tout ça ? Relaxez-vous 

Détox printemps - ena mnc

Ne sous-estimez pas le pouvoir des toxines émotionnelles !
La détente physique et nerveuse est l’état naturel du corps. Ménagez-vous des moments de détente, de « farniente », de contemplation : yoga, méditation, lecture, bain, massage-bien-être, balade dans la nature etc. Choisissez, parmi ce qui vous fait plaisir, tout ce qui vous permettra de mettre votre mental au repos.

* Référez-vous à votre professionnel de santé pour mener une détox adaptée à votre situation.

 

7 plantes au service de la détoxication :

 

Détox printemps - ena mnc

  • La mauve (fleurs) Malva sylvestris : son mucilage favorise le transit, tout en douceur.
  • Le pissenlit (racine) Taraxacum officinale : grand dépuratif des toxines, l’avantage du pissenlit est d’agir à la fois sur le foie et les reins.
    Contre-indiqué en cas d’obstruction des voies biliaires, lithiase biliaire, maladies hépatiques, cardiaques et rénales, ulcère gastro-duodénal. Personnes allergies aux Astéracées.
  • Le radis noir (racine) Raphanus sativus niger : fabuleux draineur hépatique, le radis noir régule également la fonction biliaire.
    Contre-indiqué en cas de lithiases biliaires, ulcères de l’estomac et dérèglements de la thyroïde.
  • L’artichaut (feuilles) Cynara scolymus L. : ses flavonoïdes augmentent la sécrétion de bile par le foie et l’élimination des acides biliaires par la vésicule biliaire. En outre, l’artichaut protège le foie par ses capacités anti-oxydantes.
    Contre-indiqué en cas d’obstruction des voies biliaires.
  • L’ortie (feuilles) Urtica dioica : dépurative tout en reminéralisant, l’ortie vous garantit un grand nettoyage sans vous épuiser.
    Contre-indiqué en cas d’asthme, de troubles cardiaques ou rénaux.
  • Le Chardon-Marie (graines) Sylibum Marianum : favorise la sécrétion de la bile et l’évacuation des déchets. Il améliore aussi le métabolisme cellulaire en aidant le foie à régénérer ses cellules plus rapidement.
    Contre-indiqué chez les personnes allergiques aux plantes de la famille des Astéracées, en cas d’obstruction des voies biliaires.
  • L’hydrolat de carotte sauvage : aide le foie à se nettoyer tout en se régénérant.

    * Référez-vous à votre professionnel de santé pour le choix des plantes, la galénique et le dosage.

    Focus sur les 3 phases de la détoxication hépatique :

     

Détox printemps - ena mnc

Quand on parle de détoxication du foie, il s’agit d’un processus bien particulier. Le principe est de venir déloger nos toxines accumulées et séjournant silencieusement dans le tissu gras, le cerveau et le foie. Ces toxines ne peuvent se dissoudre dans le gras. Par conséquent, pour les évacuer, il va falloir les rendre solubles dans l’eau. Cette transformation nécessite 3 phases délicates. Si l’une de ces phases n’est pas menée à bon terme, nos toxines vont rester dans le corps sous forme de « métabolites intermédiaires », encore plus dangereuses qu’elles ne l’étaient dans leur forme originelle. C’est là que la micro-nutrition et la phytologie interviennent. Ce sont les garants de la bonne réalisation de la détoxication hépatique. En outre, il est impératif d’avoir une barrière intestinale saine et solide pour que les toxines soient évacuées dans les selles. Dans le cas contraire, elles risquent fortement de retraverser l’intestin pour repartir dans le corps via la circulation sanguine. Voilà pourquoi il est important de se faire accompagner par un professionnel de santé qui connaît votre terrain.

Une détox réussie, c’est une détox menée dans la joie, le plaisir et le partage. Parce que la joie sera le meilleur indice de votre vitalité retrouvée !

Vous souhaitez en savoir plus sur le jeûne intermittent ?

Rendez-vous sur notre page https://ecole-de-naturopathie.fr/pourquoi-pratiquer-le-jeune-intermittent/

« Les conseils communiqués dans cet article ne se substituent en aucun cas à un avis médical personnalisé ».

Les naturo-transmetteurs

Partager

Autres formations

Naturopathie humaine formation en ligne

Devenez Naturopathe en étudiant depuis chez vous !

Prochaine rentrée
- 1er décembre 2022

Ecole de Naturopathie humaine en présentiel

Étudiez la naturopathie à travers une formation professionnelle complète et scientifique dans un cadre nature, calme et authentique.

Prochaine rentrée intensive
- 5 Janvier 2023

Prochaine rentrée temps partiel
- A venir

Naturopathie humaine et animale cours à la carte

Approfondissez un sujet qui vous passionne ou développez vos connaissances dans un domaine particulier